Bonjour à tous !

Je vous annonce que le livre de Mirela 'Qui sait?' est disponible dès à présent sur Google Play  ! Ce format numérique vous permets de le lire sur tout support, partout et à tout moment !

Si vous le souhaitez, 

le format papier est également disponible au shop et 

par commande via l'onglet 

Bonne lecture ! 

Dire que je suis fière, c'est un bel euphémisme.

Et si je suis fière, ce n'est pas juste parce qu'on parle de ma mère. Ça va plus loin que ça.

Je suis fière de ce qu'elle a accompli, fière de ses choix, de sa résilience et de son courage. Je suis même fière de son caractère du genre bien trempé, parfois insupportable, parce qu'il lui a permis de survivre, de tenir bon.

Ce livre, c'est la vie de millions de femmes, de filles.

De par ce roman, fait pour bousculer les traditions, j'ai l’espoir que les milliers de personnes ayant un vécu similaire à la protagoniste de ce récit leur donne l’envie et la force de s’accomplir.

À l'image d'un peintre faisant danser ses pinceaux sur la toile, je me suis servie de mes mots et souvenirs, afin de vous exposer la vie des femmes albanaises.

 

Par respect pour l'intimité des personnes concernées, j'ai dissimulé leur identité à travers des combinaisons de couleurs et des effets abstraits.

Ce roman chargé d’émotions et de révolte, mais imprégné d’une délicatesse omniprésente, expose l’expérience réelle d’une jeune femme prénommée Manuela qui confie ses aventures à sa nouvelle voisine, Mimi.

Du même âge et issue de la même culture, Mimi devient l’amie la plus proche de la protagoniste et leur complicité se développe au fur et à mesure de leurs rencontres clandestines.

Au travers des souvenirs de son enfance avortée et de sa courte adolescence, vous vivrez l’histoire de Manuela. Dans ce récit plein de pudeur et de poésie, elle découvre son intimité et cherche à identifier ces sensations et ces émotions totalement inconnues qui naissent dans le corps d’une jeune fille.

Tout naturellement, elle se retrouve plongée dans l’interdit qu’on appelle l’amour.

Dans ces années-là, le fanatisme balkanique oppressait toutes les femmes, influencées par les mentalités et contraintes par les doctrines religieuses.

Manuela nous explique que faire ses propres choix, vouloir être indépendante et surtout s’éprendre de quelqu’un sont autant de péchés.

Aussi touchants que révoltants, ses sacrifices et ses victoires douloureuses vous transporteront dans la vie de nombreuses femmes à travers le monde.

Un roman volumineux à première vue, mais une lecture facile et colorée, sensée et sensible, un voyage qui vous transformera.